L’ILE DE TAHAA


Tahaa ile vanille, ile des perles, jardin de corail


Tahaa ile vanille, ile des perles, jardin de corail Exploration de l’île vanille
Aujourd’hui c’est la visite de Tahaa, la sœur de Raïatea qui forment à elles deux le lagon tant aimé de nos mirettes, l’atoll aux fonds coralliens protégés par le volcan et son sable blanc. Tahaa vue d’avion à l’arrivée semblait d’une luxuriance étonnante. Ce n’est rien de le dire, notre excursion nous en apprendra davantage. L’hospitalité de ses habitants est connue mais la gentillesse, le sourire, l’apparente nonchalance en font des êtres véritablement exceptionnels qui font parties de la richesse de la Polynésie française. Nous traversons avec Hiro en bateau le lagon du motu Ralloro vers la pointe de Hipu, environ 2,5 km, où il nous dépose.Vincent, notre chauffeur et guide nous accueil à la polynésienne, une fleur, nous est offerte, ainsi qu’un chant. Passage du bateau au 4×4 fleuri.Tahaa. fleurs Non pas comme un char de carnaval mais avec le goût et avec les fleurs ramassées de-ci de-là sur les chemins de l’île, ici il y a des fleurs partout. Le bâtiment que nous apercevions du motu était une église; 8 confessions existent sur Tahaa pour 4000 habitants. Ensuite, la visite démarre sur la route du bord du lagon puis, juste avant Patio, nous tournons et empruntons un chemin de terre. Au début nous découvrons une « ferme de culture de vanille ». La végétation regorge d’essences et à chaque arbre des fruits, Vincent le chauffeur et guide, stoppe et nous explique là un bananier, ici arbre à pins, pamplemousse, que de fruits tropicaux, ainsi qu’un séchoir de noix de coco. Regardez vous êtes devant un plan de vanille  et de nous apprendre l’histoire et l’évolution de la fleur à la gousse et des gens qui s’en occupent dans des conditions plus difficile que dans les fermes. Tahaa veux dire « ile vanille », une richesse. Le sentier monte toujours et devient de plus en plus cahoteux, des belles ornières et des belles secousses mais de si beaux paysages. Incroyable, splendide, extraordinaire, vise un peu ce panorama . Tahaa. La Baie d Haamene Un peu plus loin on ose un regard vers le sublime en plein milieu de l’océan pacifique un oasis de verdure et d’eau. Un peu en avant respiration coupée, quel est ce champ en bas si bien planté, quelles sont les ressources agricoles, vanille, coco… Et les couleurs de ces fleurs, touche de couleur qui nous rappelle Gauguin, Degas… Une palette de verts, de bleus, de rouge, de rose et de blanc avec une pointe de jaune pour acidulé l’ensemble, une pure merveille; plein soleil sur la baie. On continue la route sur le mont Ohiri et arrêt avec vue sur la baie de l’île, Haamene, la plus grande de la Polynésie. Tahaa. Vincent notre guide Le temps d’entendre les appareils photos jouer de la mécanique, Vincent nous présente la mise en place d’un paréo pour femme et homme; deux désignés se prêtent au jeu de mannequin le temps d’une démonstration. Pendant qu’une polynésienne nous explique . Vincent nous chante quelques couplets de chansons en polynésien accompagnées son un ukulélé. Tahaa. Derière nous la baie. Un théâtre en plein air à 18 000 kilomètres de la métropole. A peine les yeux admirent-ils la dextérité du bout .Tahaa. plateau de fruits de tissu chamarré et des mains expertes qu’un « pique-nique » de fruits est placé et une démonstration de découpe de noix de coco est effectuée , le lait coule prêt à être avalé. Ces fruits de Tahiti jaunes, oranges, verts comme celui en forme d’étoile, le carambole très acide et si parfumé comme l’ananas ou le pamplemousse vert, paradisiaque, bienvenue et très agréable. Et on remonte dans le 4×4 direction là-bas tout en bas, tu vois la ville Haamene où nous nous arrêterons.

La ferme perlière
Le voyage n’est pas terminé, loin de là, il est près de 11h, heure locale et on se dirige vers la ferme perlière, qui est installée au bord de la baie Haamene. Avant cette visite nous stoppons devant le « minimarket » de la ville de Haamene pour quelques achats traditionnels : les fameuses et reconnues gousses de vanille de Tahaa, larges et très parfumées ainsi que du Monoï authentique.Tahaa. cabane au bout du ponton Direction et visite de la ferme, c’est vrai ça, comment une perle naît-elle, d’où viennent ces nuances si brillantes couleurs ambrées ou noires, si réputées dans le monde. Visite très intéressante puis direction le bureau d’où nous expose des centaines de perles « Le souvenir, LA perle noire de Tahiti». Nous avons cédé, elle remonte dans le 4×4 avec un précieux étui dans la main. Dernière étape de notre journée sur Tahaa, nous reprenons la route en longeant la baie d’ Hurupiti, direction le sud le port de Tapuamu où nous attend Dave dans un autre bateau. Adieu Vincent, merci pour les vues, l’histoire, les ornières, les chants, ta bonne humeur, les tatouages (rang social et explication spirituelle, interdits jusqu’en 1970, histoire de la famille…), tes rires, les fruits, ta conduite, ta gentillesse, nana, au revoir.

Le jardin de corail
Tahaa. le jardin de corailLa journée ne fait en faite que commencer, le jour s’est levé depuis longtemps et il reste à découvrir tant de choses. D’abord il faut traverser de nouveau le lagon et se préparer pour la visite du jardin de corail. Mais qu’est-ce donc qui nous oblige à mettre nos « aquashoes », pour ne pas se couper avec les de coraux, pardi!. Le bateau tangue et on glisse sur les banquettes du bateau. Tout le monde a son masque et son tuba. L’appareil photos waterproof est au poignet, le sac avec le pantalon porté pour limiter le nombre de coups de soleil déjà pris est fermé. On doit se rendre sur un autre motu près d’une passe entre 2 autre motus. Toutes ces petites îles microscopiques, pince-moi, je rêve. Tu me diras… les pieds ont gonflé avec la chaleur et passer de pied nu à chaussé et pressé dans des sandalettes en plastique, c’est difficile. On descend les derniers des six touristes, c’est douloureux mais rien encore. Aidés par Dave, et des hôtes là-bas, on rejoint les autres qui boivent un verre de jus de fruits de bienvenue sur le motu. Le sable de corail, les palmiers, les trous de crabes, les noix de coco sur le sol, la couleur chatoyante des chemises, on fini le verre fleuri et à 20 mètres de là une table est déjà disposée avec des mets prêts à être consommés.Tahaa. Il est 13h30, et c’est vrai que l’on a vu tant de sites merveilleux et appris tellement que l’on ne se préoccupait pas de notre estomac qui réclamait parfois. On mangeait les phrases de Dave et goûtait des yeux les merveilles de Tahaa, végétation, nature sauvage et luxuriante. L’alizé se mêle à la fête des plats exotiques copieux et colorés et du murmure de l’eau, de sa lumière et de sa transparence de l’eau nous rappelle que l’on est 6 voyageurs accueillis par 3 autochtones souriants au bout du monde avec le soleil pour témoin et ses petits nuages qui fond de ce site un lieu de béatitude et de sérénité. Entre 2 motus, la passe, de l’autre coté les bungalows sur pilotis coté lagon et de l’autre l’océan toujours plus étonnant avec ces couleurs et ses vagues bleues outremer, vertes émeraudes, jade. Mais l’objectif ce bon repas est de se revigorer puis après de longer le motu sur 600m vers le nord au se dresse au loin le piton de Bora Bora jusqu’à l’entrée de la passe où se concentrent des poissons exotiques de toutes les couleurs, des centaines, isolé ou en banc au milieu des coraux colorés et des oursins Mais si, vous les avez certainement déjà admirés, contemplés dans des documentaires ou des livres. Mais maintenant c’est du vrai, du concret, en route vers cet aquarium géant tellement idéalisé. Évidemment, on ne pense qu’à cela, mais on ne savait pas qu’il y aurait tant à marcher pour nous. C’est vrai qu’on a la chance d’avoir nos soutiens particuliers en plus de la canne. Cela peut sembler de trop et pourtant, la fatigue aidant, les trous de crabes dans le sable, les branches de palmiers sur le sol que la maman dégageait si gentiment devant nous, les noix de coco prêtent à jouer. Et le chemin qui se faisait de moins en moins large et le sable corallien qui pique les pieds, et les racines des palmiers qui nous barraient parfois le passage ;quelle aventure !! Comme l’arrivée à destination fut une joie. Les pieds dans l’eau, vite je veux m’asseoir, et l’autre qui n’arrive toujours pas. Le voilà escorté par 2 piliers de rugby à cause de la forme des noix de coco, il a eu du courage, de ce courage qui défi la maladie, bravo, chapeau!

L’aquarium
Tahaa. Plein la vue

On a réussi, on a remonté la palmeraie, on met le masque et le tuba et bonheur suprême. Ils sont tous là à nos cotés par bans entiers, jaunes, rouges, bleus, verts striés, tachés, perroquet, trompette…(y il a + de 80 espèces recensée dans ce jardin). A 40 cm sous l’eau une multitude de poissons et d’oursins noirs majestueux et des coraux. Et Dave notre guide, plongeur jette les restes des victuailles non mangées au repas et tout à coup une marée de poissons sort de partout. Un paradis sous-marin de poissons et de coraux dans 1,5m de profondeur seulement. Et on entame la Tahaa. le jardin de corailTahaa. aquarium géantdescente aidé par le courrant de la passe dans l’aquarium. On a intérêt à se mettre le plus horizontal possible, les coraux ne sont pas loin et sont très acérés. Et voilà, on a dit allongé, oui mais… Bon OK, je me tiens droite et je regarde; gauche, droite, on passe sur un petit tombant de moins 3 mètres de profondeur et on peut ainsi admirer les coraux de différentes couleurs et se croire dans les nuages à planer. Regarde là une murène se glisse, formidable elle sera sur la photo. Comme c’est superbe, beau, si magique. La passe se termine et garde sa population avec elle, elle se nourrit de l’eau de l’océan et de son micro-cosmos. Et on se relève, c’est la fin du cinéma, pas de publicité que du vrai laissé à tout jamais dans nos mémoires respectives avec nos émotions, nos images, nos visions. Alors, c’était comment ? Retour vers le bateau, en traversant de nouveau la palmeraie mais seulement pour quelques centaines de longueur de noix de coco. Lui, l’homme, n’en peut plus, il est tiré dans l’eau par ses acolytes dans une grosse rigolade retour dans le lagon vers la pirogue.   Retour en bateau à l’hôtel en contournant Tahaa per le nord, déjà le soleil se penche sur l’horizon et donne au ciel ses couleurs chatoyantes, avec le son du XXX  joué par Dave. Toute la famille est présente, le frère, la maman nous ont préparé une expédition merveilleuse. Au revoir les poissons, on se reverra. Nous dînons et faisons part à Séverine et Guliano de notre merveilleuse journée, et dire que nous sommes le 21 juin, jour de l’hiver Austral !! Tahaa. dave  Tahaa. le jardin de corail

   Panorama en photos de la journée Tahaa. Tahaa ile vanille, ile des perles, jardin de corail

Suite du voyage ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *